Accueil du site > Les tiroirs aux questions > Mesures et Temps > Comment se fait-il que notre poids diminue dans l’espace ?

Comment se fait-il que notre poids diminue dans l’espace ?

Yannick (9 ans, Ajaccio, Corse)

jeudi 29 avril 2010, par Jean Etienne

Salut Yannick.
La disparition du poids d’un objet n’est pas liée au fait qu’il se trouve dans l’espace, mais bien au fait qu’il tourne en orbite. Même à l’altitude où se trouve un satellite artificiel, entre 100 km et plusieurs dizaines de milliers de km, l’attraction de la Terre se fait encore sentir, mais elle est cliquerexactement compensée par la force centrifuge. Si tu attaches une pierre à l’extrémité d’une ficelle et que tu la fais tourner, tu sentiras nettement que cette pierre a tendance à exercer une force vers l’extérieur, avec d’autant plus de puissance que le mouvement est rapide. C’est ce qu’on appelle la force centrifuge.
Le satellite qui tourne autour de la Terre subit exactement la même force centrifuge, qui a tendance à l’attirer vers l’extérieur, vers les étoiles. Par contre, la Terre continue à l’attirer vers elle, c’est-à-dire en sens inverse. Et la vitesse du satellite sur son orbite est calculée de façon à ce que la force centrifuge équilibre exactement la force d’attraction terrestre, de sorte que le satellite reste constamment à la même distance, sans tomber ni s’éloigner.
Bien entendu, ce qui est valable pour le satellite l’est aussi pour son contenu, y compris les astronautes, qui ainsi ne ressentent plus leur poids.
Mais si on diminue la vitesse du satellite dans sa course autour de la Terre, la force centrifuge diminue et ne suffit plus à compenser l’attraction terrestre, il se met à descendre. C’est d’ailleurs ainsi que la navette spatiale, entre autres, redescend sur Terre après une mission.
Si on prend pour exemple non plus un satellite mais une sonde spatiale envoyée vers une autre planète, c’est à ce moment l’éloignement de la Terre, et la disparition presque complète de sa force d’attraction, qui fait que le poids disparaît.
Avec toutes mes amitiés, Jean